UB4 TIPS

La période d’adaptation ou comment faciliter la séparation

Qu’est-ce que la période d’adaptation en crèche ?

L’adaptation est une période durant laquelle l’enfant, les parents et les professionnels apprennent à se connaître au sein de la crèche.

Comment se passe l’adaptation à la crèche ?

Avant la date d’entrée à la crèche et pendant 5 à 10 jours environ, papa et/ou maman accompagne(nt) l’enfant dans la découverte de son nouvel environnement. Les 2 ou 3 premiers jours, ils restent avec lui au sein de la crèche un moment, puis l’enfant commence doucement de courtes journées tout seul à la crèche.

Même si chaque adaptation est différente parce qu’adaptée à chaque enfant et chaque parent, son objectif reste identique : permettre à l’enfant de se familiariser et de se sentir bien dans son nouvel environnement, permettre aux parents de découvrir la crèche, son mode de fonctionnement, ses professionnel(le)s.

Et s’il pleure tout le temps et s’il ne veut pas manger et s’il ne veut pas dormir et si et si et si…
Tant de questions que se posent tous les parents le jour de l’entrée en crèche de leur enfant.
Pas de panique, la période dite d’adaptation est pensée en amont avec la famille, et construite en respectant le rythme de l’enfant et ses petites habitudes.

Et s’il y a trop de bruit pendant sa sieste et s’il dérange les autres et s’il se sent perdu, abandonné et si et si et si…
Pas de panique, la période d’adaptation permet très progressivement à chaque enfant d’appréhender son nouvel environnement et de s’habituer aux autres.

Et si à moi, il me manque trop !
Pas de panique, la période dite d’adaptation permet AUX PARENTS AUSSI de vivre la séparation le mieux possible. L’échange est le pilier d’une adaptation harmonieuse pour les enfants comme pour les parents.

Les enjeux de la période d’adaptation en crèche 

L’adaptation pour les parents

  • Découvrir la crèche, son organisation et les personnes qui vont prendre soin de leur enfant
  • Transmettre les habitudes et rituels de leur enfant (ses horaires habituels, comment l’aider à trouver le sommeil, comment le consoler s’il pleure, ce qui le rassure, etc.)
  • Se rassurer, avoir confiance et s’habituer progressivement à la séparation
  • Et enfin, profiter de quelques heures sans bébé !

L’adaptation pour l’enfant

  • Découvrir et se sentir bien dans son nouvel environnement
  • Rencontrer et se sentir en confiance avec les animatrices éducatrices qui vont prendre soin de lui chaque jour
  • Découvrir le quotidien en collectivité, en particulier lors des repas, siestes
  • Rencontrer des copains/copines de crèche et apprendre à interagir avec eux
  • Présenter son Doudou à toute l’équipe !
  • Pour finalement, ne pas vivre la séparation comme une épreuve

L’adaptation pour les professionnel(le)s

  • Apprendre à connaître les familles, comprendre leurs craintes et les rassurer.
  • Faire connaissance avec l’enfant et découvrir ses réactions, attitudes et habitudes
  • Aider certains parents à déculpabiliser (si besoin). Qu’on soit à plein temps, à mi-temps, que l’on ne travaille pas… papa comme maman a le droit de retrouver du temps à soi !
  • Identifier doudou, sucette et/ou un vêtement d’un des parents non lavé (vêtement réconfort en cas de coup dur, car il aura l’odeur du parent ou tout autre chose de la maison est bienvenue pour rassurer)

4 questions à Charlotte COURTEAUX
Responsable opérationnelle des micro-crèches UB4kids Ouest

Qu’est-ce qu’une adaptation réussie ?

Selon moi, une adaptation réussie est une adaptation validée avec la famille, progressive, et construite en respectant le rythme de l’enfant.

Parfois une adaptation peut s’avérer plus compliquée, dans ce cas il faut prendre plus de temps, rassurer, expliquer et laisser le parent faire son chemin de la séparation !

Quels sont les craintes des parents les plus courantes ?

Les craintes les plus courantes sont “la peur” des parents que leur enfant ne s’adapte pas. Cependant les enfants s’adaptent la plupart du temps très vite, à partir du moment où l’arrivée de l’enfant est construite dans la bienveillance et l’écoute des besoins. Les parents ont également “peur” que l’enfant ne mange pas, ou “n’écoute pas” ou soit malheureux en l’absence du parent (pleurs, difficulté de séparation, etc.). À nous professionnelles d’entendre l’inquiétude du parent et de le rassurer au maximum. Avoir une relation franche avec le parent et l’enfant (verbaliser, expliquer, respecter la place de chacun et exprimer les émotions…).

Une anecdote ?

Une anecdote qui arrive souvent : on nous présente un enfant qui “ne mange pas”, ne “dort pas” ou qui a telle caractéristique … et à la crèche faire 3 heures de sieste, manger toute son assiette ou être tout l’inverse de la présentation du parent ! Comme quoi les enfants ont plein de ressources et sont capables d’agir autrement en l’absence de leur environnement familial, et être épanouis.

TOP